Collections

Ameublement

Ameublement profane | Ameublement religieux

Ameublement profane

Sièges | Horloges | Coffres | Tables | Buffets et armoires

Sièges

Les sièges utilisés au Québec se subdivisent en quatre types: les chaises, les fauteuils, les berceuses et les bancs. Le siège le plus primitif a probablement été le billot, auquel succède le banc, de simples planches de pin sur des pieds grossiers, avec ou sans dossier. Avec le billot, la bûche est le siège le plus rudimentaire que les premiers arrivants utilisent dans leurs habitations, d’où l’expression «tire-toi une bûche» souvent utilisée pour inviter quelqu’un à prendre un siège. Offrir un siège à quelqu’un est un geste d’hospitalité très répandu chez l’habitant.

Chaises

Au 17e siècle, la chaise droite est peu répandue dans les foyers paysans français; au Canada, elle est déjà fort en usage. Elle s’ajoute aux bancs et aux tabourets. Les types les plus communs sont les chaises de bois d’assemblage et les chaises paillées et tournées. Il y a deux espèces de chaises droites: celles qui s’inspirent d’un grand style - et on retrouve de vastes emprunts aux créations françaises ou anglaises - et les autres, qui naissent de l’ingéniosité artisanale des premiers colons comme la chaise «à la Capucine». Au fil des siècles, une grande variété de chaises apparaît à cause des influences anglaises et américaines.

Cliquez sur une image pour l'agrandir et pour accéder au diaporama de la collection.

Chaise

Chaise
1994.1059

Chaise

Chaise
Début 19e siècle 1994.558

Chaise

Chaise
1994.658

Chaise

Chaise
Début 20e siècle 1994.63

Chaise à bascule

Chaise à bascule 1994.607

Chaise de commodité

Chaise de commodité
19e siècle 1994.655

Fauteuils

Plusieurs inventaires, à partir de 1657, mentionnent des «chaises à bras». Le mot fauteuil apparaît vers 1673. La production de fauteuils n’a jamais été aussi abondante que celle des chaises droites. Le fauteuil demeure un article luxueux réservé aux seuls bourgeois aisés. L’influence française est prépondérante jusqu’en 1800 mais, après cette date, les apports anglo-américains vont graduellement supplanter la mode française.

Cliquez sur une image pour l'agrandir et pour accéder au diaporama de la collection.

Fauteuil

Fauteuil
1994.24.2

Fauteuil

Fauteuil
1994.13

Fauteuil

Fauteuil
1994.3

Fauteuil

Fauteuil
1994.32

Fauteuil à la capucine

Fauteuil à la capucine
1994.28

Bancs

Tabourets, escabeaux et bancs sont en usage dès le début de la colonie. On retrouve ces meubles dans tous les foyers paysans, riches ou pauvres, du Canada français. Ce sont des sièges qui n’ont pas de dossier et que l’on déplace facilement. Ils sont placés de chaque côté de la table dans la salle commune et, le soir venu, on les range le long du mur pour les veillées. Au 18e siècle, des bancs à dossiers apparaissent dans la maison rurale. Il existe également le bac-coffre placé contre le lit. Il sert de coffre pour ranger le linge et de marchepied pour monter dans le lit.

Un autre banc fait son apparition en France au 16e siècle, c’est le banc-lit. Mais ce n’est qu’au début du 19e siècle que ce type de banc voit le jour au Canada. Il sert à la fois de siège et de coffre et, la nuit, de couche. On l’appelle au Canada, le banc de quêteux. Dans les familles paysannes où les enfants sont nombreux, il est normal que l’on y place jusqu’à quatre petits enfants qui dorment «pieds à pieds» sur un fond de paille ou un paillasson. Si les enfants n’y couchent pas, ce banc est réservé au mendiant de passage à qui on donne l’hospitalité pour la nuit, d’où l’appellation banc de quêteux.

Cliquez sur une image pour l'agrandir et pour accéder au diaporama de la collection.

Banc

Banc
1994.1161

Banc

Banc
1994.177

Banc à cardes

Banc à cardes
1994.139

Horloges

Sous le Régime français, les habitants connaissent diverses manières de mesurer le temps. Les plus habitués peuvent sans doute, en donnant un simple coup d’œil sur la position du soleil, dire à peu de chose près à quel moment de la journée ils en sont. La nuit, la chandelle graduée brûlant de un pouce en vingt minutes ou le sablier viennent sans doute à la rescousse du pionnier. Le cadran solaire est également en usage pour plus de précision. Enfin, l’horloge, instrument plus complexe et plus coûteux, se fait entendre dans la salle commune de plusieurs maisons paysannes et cela dès le 17e siècle.

Cliquez sur une image pour l'agrandir et pour accéder au diaporama de la collection.

Horloge de parquet

Horloge de parquet
Début 19e siècle
1994.690.1-2

Horloge de parquet

Horloge de parquet
19e siècle
1994.84.1-3

Horloge Ansonia

Horloge
Ansonia
Début 20e siècle
1994.76

Horloge 
       Westclock America

Horloge
Westclock America
1994.2643.1-2

Sablier

Sablier
Fin 17e siècle
1994.1350

Coffres

Le coffre est l’ancêtre de tous nos meubles. Avant le 16e siècle, le mobilier en Europe, est extrêmement simple et réduit. On n’y trouve que des coffres ou bahuts, des tables massives, des bancs, des escabeaux et des lits. Dans les coffres, les riches rangent leurs vêtements, leur argenterie et leurs bijoux. Ils les emportent en voyage. Les paysans adoptent le coffre pour ranger leurs vêtements et leurs victuailles.

Ces coffres ou bahuts sont les premiers meubles qui pénètrent en Nouvelle-France. Au 17e siècle, les habitants leur attachent beaucoup d’importance et cet attrait va persister jusque dans les années 60. Il y a quelques années seulement, le coffre de cèdre est encore l’article indispensable que la jeune fille de la campagne ou de la ville doit d’abord posséder pour préparer son trousseau de mariage.

Cliquez sur une image pour l'agrandir et pour accéder au diaporama de la collection.

Coffre

Coffre
Fin du 17e siècle
1994.576

Tables

La table est un article indispensable à toute habitation ancestrale et partout, au temps du Régime français, les inventaires après décès font mention de tables à manger carrées, rondes ou ovales; les communautés religieuses sont à peu près les seules à faire usage de longues tables rectangulaires. Nous retrouvons une multitude de petites tables aux formes très variées. Tables à desservir (dessertes) petites tables coiffeuses, demi-lunes, «travailleuses», qu’on retrouve surtout dans les couvents, guéridon porte-chandelier. Autant de types qui, décorés naïvement, surgissent de l’imagination paysanne. Les tables de toilette «lave-mains» en sont un exemple au cours du 19e siècle.

Un autre type de table apparaît à la fin du 18e siècle, c’est cette table à abattants et finalement, ce sont les grosses tables de chêne ou de noyer s’inspirant du Regency anglais ou encore de la mode victorienne.

Cliquez sur une image pour l'agrandir et pour accéder au diaporama de la collection.

Table

Table
1994.1125

Table

Table
1994.2786

Buffets et armoires

Les buffets et les armoires dérivent du coffre. L’armoire québécoise est sans doute l’article le mieux connu, le plus représentatif et le plus recherché de notre mobilier d’inspiration française. Les premières armoires s’inspirent du style Renaissance et Louis XIII. Pendant plus de 150 ans, nos artisans façonnent de tels articles en empruntant formes et éléments décoratifs à la menuiserie régionale française et en introduisant de nombreuses variantes personnelles.

Les buffets demeurent un article du mobilier qu’on retrouve dans la salle commune ou la cuisine dans la plupart des habitations ancestrales. Ces meubles servant à ranger le linge et la vaisselle ainsi que les aliments se présentent de différentes manières et de différentes formes.

Cliquez sur une image pour l'agrandir et pour accéder au diaporama de la collection.

Armoire

Armoire
début du 19e siècle
1994.380

Buffet

Buffet
début du 19e siècle
1994.171.1-3